Stratégie du visuel

Quelques dizaines de milliers d’années avant JC, un homme traçait sur la roche d’un abri, la silhouette de l’animal qu’il avait vu ou chassé ou que ceux de son clan, après une sortie triomphante, avaient traîné jusque là…

Cet homme, inventeur du « street art », c’est notre ancêtre, il est surement le 1er communicant de la terre ! Il ne pouvait imaginer le concept de l’écriture à venir longtemps plus tard, mais il savait prodigieusement, observer et rendre compte, avec justesse et réalisme et avec un sens artistique inouï ! Gageons que sa peinture pariétale a donné, sans besoin de slogan et pas plus de baseline, des « envies », à quelques unes et quelques uns de son entourage immédiat, et qu’il a du entendre des : « J’ai besoin de changer de fourrure » ou « Je mangerai bien un cuissot d’aurochs ! »

Cet homme aura été le premier, en montrant sa gravure, à susciter chez les autres, la nécessité de posséder, le besoin de consommer ! Bravo l’Artiste ! Ses descendants depuis, n’ont cessé d’inventer et de performer l’art d’informer et de séduire, de multiplier les moyens pour mettre avec maestria, sous les yeux de tous, les images dont chacun fera ses rêves avant d’en faire ses « choses »*.

Chez Winao on est particulièrement fiers de quelques graphismes et logos, affiches et catalogues, packagings et éléments dématérialisés, et autres objets designés, sortis d’ici et adoptés, mis en avant au quotidien, par des clients tout aussi fiers que nous de cette commune création, symbole graphique de leur identité. Ça ne s’est pas fait en un claquement de doigts ! Il a fallu parler beaucoup et écouter dix fois plus, regarder les concurrents, analyser le marché, les raisons d’achat ou de rejet des consommateurs, se demander pourquoi la marque ou le produit semblait parfois invisible, comme transparente. Remonter avec le client, l’historique de sa marque ou du produit étudié, se projeter dans un futur hypothétique de l’une ou de l’autre, avant de faire bouger le premier pixel (et ils furent des milliards ensuite à envahir les écrans).

Après des jours de « sorties couleurs » expédiées à la corbeille, la phase maquettes dignes du « carton à dessin pour l’annonceur » a apporté sa charge d’excitation ; les échanges avec le client ont permis d’arriver assez rapidement à une sélection. Elles ont eu la vie dure, ces maquettes sélectionnées, à tourner dans les bureaux de l’annonceur, chez les collaborateurs concernés !

Et puis, il y a eu le retour d’une ou deux maquettes, porteuses de concepts qui interpellent… Et puis, vous connaissez la suite, déjà commentée ci-dessus. La question, sans réponse aujourd’hui, est bien de savoir ce que pourrait donner notre rencontre ? Quel graphisme pour votre marque, quelle image pour votre produit, quel design pour vos emballages, quelle force d’émergence pour votre site web, dans le magma de la concurrence ?

Certes, les questions sont multiples, mais nous sommes quant à nous, impatients d’y répondre ! Si vous le voulez bien et quand vous le voudrez.


*le mot chose est utilisé ici pour illustrer la possession de l‘objet convoité ; c’est d’ailleurs un mot valise, à garnir selon son gré justement, de ce que l’on convoite, qui sera aussi bien un objet, qu’une destination de vacances ou qu’un club de football…

Vos produits ont besoin de votre image

Rencontrons-nous Parlez-nous de votre projet
illustration infographie studio graphique